RÉOVIRUS

RÉOVIRUS
RÉOVIRUS

RÉOVIRUS

Le genre Réovirus est classé dans la famille des Reoviridae avec les genres Orbivirus (dont l’espèce type est le virus de la fièvre à tique du Colorado) et Rotavirus (récemment reconnu comme responsable de gastro-entérites). Cette dénomination reprend les initiales de respiratory enteric orphan , expression soulignant l’origine respiratoire et intestinale des réovirus isolés chez l’homme et aussi le fait qu’il s’agit de virus «orphelins» en ce sens qu’ils n’ont pu être reliés de façon certaine à aucune maladie clinique bien définie.

Considérés à l’origine comme Échovirus type 10, les réovirus ont été classés à part lorsque leurs caractères et leurs propriétés ont été mieux connus. Ils contiennent un acide ribonucléique (ARN) à double chaîne, d’un poids moléculaire de 15 Œ 106 daltons, segmenté en dix fragments, chacun d’entre eux correspondant à un gène. La particule virale a un diamètre de 75 nanomètres, le forme d’un icosaèdre et ne possède pas d’enveloppe. Sa capside est composée de quatre-vingt-douze capsomères; elle est doublée d’une assise protéique interne, également icosaédrale. La densité de la particule infectieuse a été estimée à 1,37 g/cm3. Le pouvoir infectieux des réovirus n’est pas détruit par l’éther et résiste assez bien à la chaleur (60 mn à 56 0C). La multiplication des réovirus se produit dans le cytoplasme des cellules infectées.

Trois sérotypes sont connus, dénommés respectivement réovirus 1, 2 et 3, qui ont en commun un antigène fixant le complément mais peuvent être distingués par inhibition de l’hémagglutination et par séro-neutralisation. Les souches retenues comme prototype sont la souche Long (type 1), la souche D5 (type 2) et la souche Abney (type 3).

Sur le plan épidémiologique , l’infection humaine à réovirus est très répandue et survient dès le plus jeune âge: on décèle les anticorps correspondants chez plus de la moitié des êtres humains avant qu’ils aient atteint l’âge adulte. L’homme n’est pas le seul hôte de ces virus et la plupart des espèces animales, sauvages et domestiques, peuvent également être infectées, comme le démontre la détection des anticorps ou l’isolement de réovirus animaux, ces derniers ne pouvant pas être différenciés des réovirus humains. C’est ainsi que, parmi les virus isolés chez le singe, le SV 12 est un réovirus type 1 et le SV 59, un réovirus type 2.

La dissémination du virus se fait vraisemblablement par voie fécale; en effet, les sujets infectés éliminent des quantités considérables de virus dans leurs selles, pendant des périodes assez longues, atteignant plusieurs semaines.

On a pu considérer les réovirus comme responsables d’une grande variété de maladies humaines, respiratoires, digestives, neurologiques ou hépatiques, en raison de l’isolement du virus chez des malades atteints de tels syndromes. En réalité, aucune preuve convaincante n’a pu être établie qui puisse, avec certitude, en faire les agents étiologiques. De même, l’isolement d’un réovirus à partir de la tumeur de Burkitt a fait penser qu’il pouvait jouer un rôle dans sa genèse: cette idée n’a pas été retenue. Chez les animaux, l’observation marquante — si ce n’est la seule — est l’hépatoencéphalomyélite, avec stéatorrhée, obtenue chez le souriceau nouveau-né inoculé avec des réovirus.

En vue de l’identification au laboratoire , l’isolement des réovirus se fait à partir des selles ou de prélèvements pharyngés, en particulier sur cultures primaires de cellules rénales de singe. Après un temps assez long et, parfois, un passage aveugle, les cellules deviennent granuleuses et montrent, après coloration, un effet cytopathogène caractéristique: une inclusion éosinophile apparaît dans le cytoplasme et s’étend au voisinage du noyau jusqu’à entourer ce dernier plus ou moins complètement. L’identification se confirme, avec détermination du type, par l’inhibition de l’hémagglutination des hématies humaines du groupe O, ou encore, par séroneutralisation.

La détection et le titrage des anticorps sériques se font surtout par inhibition de l’hémagglutination, plus spécifique que la fixation du complément et plus facile à mettre en œuvre que la séroneutralisation. L’observation d’une élévation d’au moins quatre fois du taux des anticorps de deux sérums prélevés à deux ou trois semaines d’intervalle est significative d’une infection à réovirus, mais n’établit pas pour autant un lien de cause à effet entre cette infection et le syndrome clinique contemporain observé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • reovirus — Grupo de tres virus de doble cadena de ARN presentes en todas partes, identificados en los aparatos respiratorio y digestivo tanto de personas sanas como de enfermas. Los reovirus han sido implicados en algunos casos de enfermedades de vías… …   Diccionario médico

  • reovirus — REOVÍRUS s. n. virus care produce la copii enterite de tip diareic şi afecţiuni respiratorii. (< fr. rhéovirus) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • reovirus — 1959, coined by Dr. Albert B. Savin, acronym for respiratory enteric orphan virus; orphan because it was not connected to any of the diseases it is associated with …   Etymology dictionary

  • reovirus — [rē′ō vī΄rəs] n. any of a family (Reoviridae) of RNA viruses, including the rotaviruses, that infect various plants and animals …   English World dictionary

  • reovirus — re·o·vì·rus s.m.inv. TS biol. virus a RNA responsabile di infezioni respiratorie ed enteriche in vari animali e nell uomo {{line}} {{/line}} DATA: 1984. ETIMO: dall ingl. reovirus, comp. di r(espiratory) respiratorio , e(nteric) intestinale ,… …   Dizionario italiano

  • reovirus — noun Etymology: respiratory enteric orphan (i.e., unidentified) virus Date: 1959 any of a family (Reoviridae) of double stranded RNA viruses that have a virion with icosahedral structural symmetry but may appear spherical, that have a capsid with …   New Collegiate Dictionary

  • reovirus — /ree oh vuy reuhs, ree oh vuy /, n., pl. reoviruses. any large virus of the family Reoviridae, having double stranded RNA and a polyhedral capsid, including those causing infantile gastroenteritis. [1955 60; r(espiratory) e(nteric) o(rphan)… …   Universalium

  • reovirus — noun Any of a group of RNA viruses, of the family Reoviridae, that infect animals and some plants …   Wiktionary

  • Reovirus — A genus of viruses currently called Orthoreovirus (family Reoviridae) that are 80 nm in diameter, with distinct double layers of capsomeres, and have vertebrates as hosts; they have been recovered from children with upper respiratory tract… …   Medical dictionary

  • reovirus — Cualquiera de un pequeño grupo de virus de animales y plantas que tienen apariencia esferoidal y contienen un centro de ARN. Los géneros más conocidos son Orthoreovirus, Orbivirus, Rotavirus y Phytoreovirus. Los tres primeros infectan a los… …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”